Une AMAP à Marolles

Chaque vendredi vers 19 heures, une certaine animation règne 18 rue des Foulons.
Peut-être vous êtes-vous demandé ce qui pouvait bien se passer…
C’est qu’il y a maintenant 4 ans, Réka Csepeli-Lapp et Karim Lapp ont eu l’idée et la volonté de créer une « AMAP », une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne. Le cabaret des Oiseaux.
Curieux que d’anciens parisiens soient à l’origine d’une initiative paysanne ? Pas tant que ça. Les villages changent. Les problèmes, les besoins et les solutions sont les mêmes pour tout le monde. En particulier la volonté de manger des produits sains, de privilégier l’approvisionnement de proximité, d’éviter les intermédiaires et de participer à cette dimension vitale qu’est le fait de se nourrir.
Ils ont réuni autour d’eux une trentaine de personnes – dont de nombreux marollais et préciamontais – prêtes à rentrer dans la démarche. Ils ont rencontré un maraîcher bio – François Plotton – installé aujourd’hui au Lieu Restauré. Chaque semaine, sauf une partie de l’hiver, les membres de l’AMAP qui s’abonnent à ces distributions, reçoivent un panier abondant de légumes frais, produits sur place. On ne choisit pas ses légumes, même si en fin de saison on peut émettre des avis sur le contenu des paniers. Tout dépend de ce qui pousse et est cueilli la veille de la distribution.
Des contrats de pain bio avec Gilles Dupont ont aussi été mis en place.
Le prix du panier est décidé en assemblée et tient compte des coûts de production, aujourd’hui 12€ par semaine. L’idée est aussi de permettre de faire prendre conscience du vrai prix des aliments. Et aussi des efforts que cela représente de produire, puisque les amapiens donnent aussi un coup de main pour certaines tâches : monter des tunnels, aider à la mise en place de systèmes d’irrigation, replanter, etc.
Enfin les AMAP entendent participer à la lutte contre les pollutions et les risques de l’agriculture industrielle et favoriser une gestion responsable et partager des biens communs.
Cette initiative très forte permet aussi des échanges et est une forme de socialité qui tient à cœur à tous ceux qui y participent.
N’hésitez pas à demander des informations à ceux qui en font partie, et a aussi à l’adresse de Réka : reka.csepeli@free.fr

J’aime pas les mauvaises herbes !

 Les mauvaises herbes, on les déteste mais on ne sait plus vraiment pourquoi !
Le livret « J’aime pas les mauvaises herbes », conçu par l’équipe du CPIE Brenne-Berry, n’a pas pour objectif de faire aimer les mauvaises herbes, mais plutôt de relativiser leur impact dans nos villes et de mieux les accepter.
Il s’agit avec ce livret, réalisé dans le cadre de l’opération « Objectif zéro pesticide dans nos villes et villages », de modifier notre regard, d’élever légèrement nos seuils de tolérance et ainsi de faciliter la cohabitation avec ces herbes.
 Livret à télécharger en cliquant ici

Formation d’ambassadeur des jardins naturels

ambassadeur2016

Devenez ambassadeur du jardin naturel dans votre village.

Cette formation de 4 jours, offerte par le CPIE (Centre permanent des initiatives pour l’environnement) permet de connaître les techniques du jardinage alternatif et comment les promouvoir.

Exactement ce que l’on cherche à faire dans le collectif.
Cette formation débute à Neuilly-Saint-Front le vendredi 25 mars

 

Contact : 03 23 80 03 02
contact@cpie-picardie.org

Les récoltes de la honte

30 personnes ce dimanche 21 février au cinéma Les Clubs de Villers-Cotterêts, où nous avons programmé avec Vincent le film « Les récoltes de la honte ».
C’est un documentaire de la série des « Cash investigation » qui a sorti il y a peu le documentaire sur les conséquences de l’utilisation massive de pesticides.
Vous avez peut-être vu que cela a provoqué une énorme manifestation dans le bordelais. Continuer la lecture de « Les récoltes de la honte »

Projet Permaculture au Relais Nature du Fournet

Le Relais Nature du Fournet est situé en forêt de Retz, dans le Buisson de Walligny, sur la Commune de Coyolles, dans l’Aisne.

Il bénéficie de l’usage d’une maison forestière de l’ONF restaurée par l’association pour accueillir des groupes en situation de loisirs, de formation, d’animation ou simplement d’hébergement pour marcheurs et autre randonneur.

Sa situation privilégiée en milieu forestier et l’espace dont il dispose lui permet d’envisager la création d’un jardin cultivé dans le respect de la qualité des produits récoltés et du milieu environnant.
Il pourrait s’inscrire dans une pensée, une philosophie proche de celle répandue par Pierre Rabhi pour accentuer la prise en compte de la nature et des rythmes de vie.

Le Relais Nature fonctionne actuellement en autonomie et couvre ses besoins en énergie électrique grâce à une installation photovoltaïque et pour l’eau, grâce à un puits qui puise directement dans la nappe phréatique dont il dépend.

Ce lieu, après la mise en place d’une parcelle vouée à la culture de tous les produits consommables issus d’une agriculture saine et mesurée, pourrait être envisagé selon les orientations suivantes :

  • Mise en situation pour les groupes, les individuels qui ont besoin de conseils, de méthodes de culture pour envisager leur propre jardin
  • formation
  • pépinière pour le modèle à développer
  • vente des produits récoltés

Ce projet est en réflexion et tout est à créer. Il sera mise en forme et en œuvre sous le couvert de l’association avec les idées de chacun qui paraîtront les plus adaptées aux valeurs à mettre en oeuvre, qui s’inscrivent dans le développement durable, le respect de la terre, le respect de l’humain, la production en abondance et la redistribution des surplus.

Il s’agira de définir le déroulement de la mise en place, « l’approche philosophique et écologique », les besoins matériels.

Toute personne qui souhaite s’associer et participer à la mise en place de ce jardin cultivé et partagé, sera la bienvenue.