Et si on créait une monnaie locale ?

Depuis ce jour de décembre 2015 où le collectif a été lancé, le petit groupe qui s’est mobilisé sur l’idée d’une monnaie locale n’a pas cessé de se réunir, de s’informer, de réfléchir, d’avancer. Cette année de mobilisation enthousiaste permet aujourd’hui d’envisager de rendre publique cette volonté de donner forme et existence à une monnaie locale.

capture-decran-2016-11-02-a-00-59-42

Ce sera l’occasion de rencontrer tous ceux qui pourront rejoindre le projet et le faire aboutir. Il faudra du temps et de l’énergie ! Venez et faites venir tous ceux que cela intéresse et interpelle au cinéma de Château-Thierry le dimanche 13 novembre à 18h15 pour la projection du film qui retrace la naissance du Sol Violette à Toulouse. Elle sera suivie d’une présentation du projet et d’un débat animé par Joackim Lebrun de l’APES (Acteurs pour une Economie Solidaire) qui a, entre autres, accompagné la création de la MLCC la Bousol’ à Boulogne sur Mer.

Lecture-spectacle de « Climats » de Laurent Grisel avec Elodie Barthélémy

A Chézy-en-Orxois, au « Manoir Imaginaire », chez Chantal, 6 rue du Couvent, le dimanche 2 octobre à 18h30, retrouvons-nous pour la lecture-spectacle de « Climats », poème-manifeste de Laurent Grisel – http://www.publie.net/livre/climats-laurent-grisel/

climats-cercle

Elodie Barthélémy, artiste plasticienne, performeuse et scénographe l’accompagne. Laurent Grisel s’assoie au cœur du cercle des spectateurs et débute la lecture de son poème-manifeste Climatshttp://www.imagine3tigres.net/spip.php?rubrique35. Il en choisit des extraits selon l’humeur et le lieu, variant lectures « chaudes » ou « froides », ou s’orientant vers des thèmes particuliers comme les arbres ou l’eau. Comme l’écrit François Rannou sur la 4ème de couverture de l’édition, ce texte audacieux « prend la question du climat sous tous ses aspects : physique, psychologique, politique et financier ». Son poème rejoint l’ambition des anciens poèmes didactiques dans lesquels poésie et science s’allient, pour nous donner une plus ample vision du monde. Il donne à entendre cette épopée qui sous tous les climats dresse en héros les Indiens Munduruku ou Hansen « le rigoureux, l’émotif » ou simplement la Nature elle-même dans sa puissance, dans son silence bruissant. Écoutons ce chant rythmé qui offre à l’homme tout simplement une possibilité de futur. Au fond il faut un poème pour que la conscience de l’Éternité (« la mer allée/ avec le soleil ») puisse nous en montrer la fragilité et qu’elle nous éveille à une pleine conscience de notre humanité : il nous reste à sentir, comprendre et agir. Un très beau texte dont la portée forte nous touche. Et apportons quelques nourriture à partager pour terminer la soirée.

Projet et design collectif au Relais du Fournet

Samedi 16 juillet de 9 heures à 17 heures, au Relais du Fournet se tiendra l’atelier participatif « Projet et design collectif » qui avait été évoqué le 20 mai dernier lors de la conférence donnée à Coyolles par Damien Paris de Perm’api. Il s’agit d’envisager ce que peut être créer, bâtir, cultiver, partager en harmonie avec la nature. Il s’agit aussi de passer à l’action. L’atelier est gratuit mais sur inscription.

Au programme : visite du lieu ; les grandes lignes du projet : vision de Viviane Grandmougin et Damien Paris; tour de table : compétence et envie de chacun par rapport au projet. Repas « auberge espagnole » chacun amène son pic nique, on partage, on échange… Atelier design collectif : par groupe ou en individuel, imaginez le lieu. A quoi pourrait-il ressembler quelles installations vous imaginez, quelle dynamisme le lieu vous inspire… Ensuite, on restitue tous cela, on échange.
Public : toute personnes souhaitant participer activement à la création d’un projet, d’un lieu permacole au relais nature du Fournet.
Inscription : nous contacter via le formulaire du site ou à l’adresse permapi@hotmail.fr
Matériel à prévoir : vêtements et chaussures adaptés en cas de pluie (pour la visite),
feuilles ou bloc-notes, crayons, crayons de couleurs, feutres, règles … votre repas
Lieu : Relais Nature du Fournet Route de Walligny 02600 Coyolles
Viviane GRANDMOUGIN

Gestion participative

Est-ce qu’il est possible de mettre en place des choses autrement qu’en réponse à un conflit? L’histoire de la conquête de la mairie de Saillans (1200 habitants) est exemplaire. « Lʼhistoire singulière de la «municipalité participative» de Saillans a commencé en 2013 par une âpre bataille contre la volonté du maire MoDem dʼalors, François Pégon, dʼimplanter un supermarché Casino à un gros kilomètre du centre du bourg, pourtant bien doté en petits commerces.

saillans Manifestations avec poussettes et chariots, pétition rassemblant 800 signatures : lʼenseigne de grande distribution jette lʼéponge. Fort de cette victoire, un cercle dʼhabitants se lance un défi : se mobiliser pour les municipales à venir. Une première réunion publique, «sans programme ni candidat», réunit 120 citoyens ! Soit 10 % du village… » Après la méthode est assez simple, même si elle a du demander pas mal d’habilité et même si elle ne manque pas d’être surprenante. « Organisés en groupes thématiques, dossier par dossier, ces engagés volontaires diagnostiquent les besoins de leur commune. Lors dʼune deuxième assemblée, ils ébauchent lʼossature dʼun programme pour une liste de candidats à la mairie. «On débat sans entraves : quelles sont les qualités dʼun futur maire ?», raconte Tristan Rechid. Emerge alors le nom de Vincent Beillard, 41 ans, veilleur de nuit dans un centre pour adultes handicapés, jugé le plus apte à animer une
équipe au service du collectif. Il apprendra sa désignation par mail, à lʼissue de la troisième réunion publique… » Et ça marche. « Au soir du premier tour, le 23 mars2014, la liste citoyenne Autrement pour Saillans… tous ensemble lʼemporte sans appel, avec 56,8 % des voix pour une participation de 80 % des électeurs. La nouvelle équipe décide aussitôt dʼouvrir les portes de la mairie. Par choix ou compétence, pas moins de 250 volontaires sʼinscrivent à sept commissions prioritaires, décidées pendant la campagne électorale. Ces «groupes action-projet» (GAP) planchent sur lʼécole et ses nouveaux rythmes, la rivière Drôme, la
circulation, les parkings, le lien social, la santé, la salle des fêtes. A lʼégal du maire et de sa première adjointe, Annie Morin, les conseillers travaillent en binômes. Un «conseil des sages», auquel Tristan Rechid appartient, veille au respect de lʼéthique du projet: transparence, collégialité et participation, le nouveau triptyque des Saillansons. » Bon, ça donne des pistes…

Projet Permaculture au Relais Nature du Fournet

Le Relais Nature du Fournet est situé en forêt de Retz, dans le Buisson de Walligny, sur la Commune de Coyolles, dans l’Aisne.

Il bénéficie de l’usage d’une maison forestière de l’ONF restaurée par l’association pour accueillir des groupes en situation de loisirs, de formation, d’animation ou simplement d’hébergement pour marcheurs et autre randonneur.

Sa situation privilégiée en milieu forestier et l’espace dont il dispose lui permet d’envisager la création d’un jardin cultivé dans le respect de la qualité des produits récoltés et du milieu environnant.
Il pourrait s’inscrire dans une pensée, une philosophie proche de celle répandue par Pierre Rabhi pour accentuer la prise en compte de la nature et des rythmes de vie.

Le Relais Nature fonctionne actuellement en autonomie et couvre ses besoins en énergie électrique grâce à une installation photovoltaïque et pour l’eau, grâce à un puits qui puise directement dans la nappe phréatique dont il dépend.

Ce lieu, après la mise en place d’une parcelle vouée à la culture de tous les produits consommables issus d’une agriculture saine et mesurée, pourrait être envisagé selon les orientations suivantes :

  • Mise en situation pour les groupes, les individuels qui ont besoin de conseils, de méthodes de culture pour envisager leur propre jardin
  • formation
  • pépinière pour le modèle à développer
  • vente des produits récoltés

Ce projet est en réflexion et tout est à créer. Il sera mise en forme et en œuvre sous le couvert de l’association avec les idées de chacun qui paraîtront les plus adaptées aux valeurs à mettre en oeuvre, qui s’inscrivent dans le développement durable, le respect de la terre, le respect de l’humain, la production en abondance et la redistribution des surplus.

Il s’agira de définir le déroulement de la mise en place, « l’approche philosophique et écologique », les besoins matériels.

Toute personne qui souhaite s’associer et participer à la mise en place de ce jardin cultivé et partagé, sera la bienvenue.

Premières pistes de projets

1- Constituer une banque hyper locale de partage/ location entre particuliers d’outils de bricolage.

Je vais essayer de proposer des pistes de bonne gouvernance et de bon fonctionnement (idéalement avec les infos hébergées sur une page du site web). Il s’agira principalement d’outils que l’on utilise pas tous les jours (comme défonceuse, tronçonneuse, remorque, marteau piqueur, etc.) et qu’il est donc dommage d’acheter tout seul ou de louer bien trop cher ! Il y a plusieurs cas de figures, comme par exemple les outils déjà achetés et ceux qui manquent mais que nous pourrions acheter en commun. Pour ceux qui hésitent à prêter / louer leur chers outils, il pourrait y avoir pour certains outils une nécessité de suivre une courte formation dispensée par le propriétaire avant de pouvoir entrer dans le « pool » de partage. Et puis bien sûr cela pourrait aussi s’harmoniser avec le concept de monnaie locale (plutôt que de louer avec du vrai argent). Tarik

2- Proposer des conférences gratuites localement sur des thèmes que je porte :
+ Stimuler l’éco-conception , principalement à travers le biomimétisme (comment s’inspirer de la nature pour créer de l’innovation à forte responsabilité sociale et environnementale?)
+ Balade naturaliste biomimétique dans notre jolie commune de Marolles (par exemple dans le Marais de Bourneville?) Tarik