Qu’est-ce qu’on attend?

Ce pourrait être une incitation à l’action, un étonnement … voire un reproche. C’est un titre de film réalisé par Marie-Monique ROBIN. Le film DEMAIN posait déjà cette question implicitement puisqu’il montrait d’autres possibles en action. Mais on était du côté de la thèse, de l’enquête, de la démonstration. Ici on est à la fois plus modeste – ce changement en train de se faire n’a pas la planète pour cadre, mais une petite ville d’Alsace de 2 200 habitants – et plus incitatif : le changement, c’est possible, ici et maintenant, à une échelle même très locale et il peut toucher tous les domaines.

Dès 2009 l’initiative de la municipalité d’Ungersheim prend la forme d’un programme de démocratie participative, baptisé « 21 actions pour le XXI ème siècle » qui englobe tous les aspects de la vie quotidienne : l’alimentation, l’énergie, les transports, l’habitat, l’argent, le travail et l’école. « L’autonomie » est le maître mot du programme qui vise à relocaliser la production alimentaire pour réduire la dépendance au pétrole, à promouvoir la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables, et à soutenir l’économie locale grâce à une monnaie complémentaire (le Radis). On peut consulter ici la bande annonce du film.

 

Compte-rendu de la réunion du 27 mai

Une quinzaine de participants, le noyau habituel, Brieuc et Catherine, William, Patrick et Renée, Isabelle, Christine, Anne, François et Anneke, des nouveaux participants Corine et Emmanuel, Soumia, Marie-Prudence. Des excusés pour cause de fêtes des voisins Bruno et Chantal, Viviane, François et Angélique, pour cause de voyages Fanfan. La ligne de comptabilité mise en place par Vie et Paysage a permis de collecter des dons participation de chacun à la vie du collectif et on a rassemblé 140€ qui vont permettre de régler des frais courants. Brieuc doit mettre une bannière sur le site pour solliciter des dons. Juste avant la réunion, le film « Sacré village » sur Ungersheim, village alsacien en transition a été projeté, la décision a été prise de projeter ce film dès qu’il sortira en salle : c’est un exemple concret d’initiatives dans tous les domaines qui sont ceux que notre collectif entend prendre en considération (21 propositions pour le 21ème siècle). Que cela soit possible dans un bourg qui a la taille de La Ferté Milon ouvre des perspectives intéressantes. Marie-Prudence a présenté son initiative de festival décalé à La Ferté Milon Festi dkalé Soumia est venue aussi de Crouy présenter l’initiative de la projection du film Demain à Crouy en septembre et son projet de journal féminin rural Ma poule !Un point a été fait sur l’initiative monnaie locale et les rendez-vous à venir avec les élus ainsi qu’à la participation d’Anne et William à la rencontre de Lignières autour des monnaies locales de complément citoyennes. Pour éviter que les réunions n’abordent trop superficiellement tous les sujets, on a décidé que les prochaines réunions consacreraient un tiers du temps à des nouvelles et des actualités et les 2/3 à 2 sujets. Au menu de la prochaine réunion : le partage d’outils et la monnaie locale. Une réunion vivante qui montre que l’axe choisi par le collectif génère une vitalité précieuse.

Gestion participative

Est-ce qu’il est possible de mettre en place des choses autrement qu’en réponse à un conflit? L’histoire de la conquête de la mairie de Saillans (1200 habitants) est exemplaire. « Lʼhistoire singulière de la «municipalité participative» de Saillans a commencé en 2013 par une âpre bataille contre la volonté du maire MoDem dʼalors, François Pégon, dʼimplanter un supermarché Casino à un gros kilomètre du centre du bourg, pourtant bien doté en petits commerces.

saillans Manifestations avec poussettes et chariots, pétition rassemblant 800 signatures : lʼenseigne de grande distribution jette lʼéponge. Fort de cette victoire, un cercle dʼhabitants se lance un défi : se mobiliser pour les municipales à venir. Une première réunion publique, «sans programme ni candidat», réunit 120 citoyens ! Soit 10 % du village… » Après la méthode est assez simple, même si elle a du demander pas mal d’habilité et même si elle ne manque pas d’être surprenante. « Organisés en groupes thématiques, dossier par dossier, ces engagés volontaires diagnostiquent les besoins de leur commune. Lors dʼune deuxième assemblée, ils ébauchent lʼossature dʼun programme pour une liste de candidats à la mairie. «On débat sans entraves : quelles sont les qualités dʼun futur maire ?», raconte Tristan Rechid. Emerge alors le nom de Vincent Beillard, 41 ans, veilleur de nuit dans un centre pour adultes handicapés, jugé le plus apte à animer une
équipe au service du collectif. Il apprendra sa désignation par mail, à lʼissue de la troisième réunion publique… » Et ça marche. « Au soir du premier tour, le 23 mars2014, la liste citoyenne Autrement pour Saillans… tous ensemble lʼemporte sans appel, avec 56,8 % des voix pour une participation de 80 % des électeurs. La nouvelle équipe décide aussitôt dʼouvrir les portes de la mairie. Par choix ou compétence, pas moins de 250 volontaires sʼinscrivent à sept commissions prioritaires, décidées pendant la campagne électorale. Ces «groupes action-projet» (GAP) planchent sur lʼécole et ses nouveaux rythmes, la rivière Drôme, la
circulation, les parkings, le lien social, la santé, la salle des fêtes. A lʼégal du maire et de sa première adjointe, Annie Morin, les conseillers travaillent en binômes. Un «conseil des sages», auquel Tristan Rechid appartient, veille au respect de lʼéthique du projet: transparence, collégialité et participation, le nouveau triptyque des Saillansons. » Bon, ça donne des pistes…

Réunion du 12 février 2016

Etaient présents :

  • Brieuc Segalen et Catherine Hardy de Soucy
  • Renée Koch et Patrick Besenval de Préciamont
  • Isabelle Lévy de Jouarre
  • Christine Lecq de Montfaucon
  • Noëlle Septier-Saugout de Silly la Poterie
  • Anne de Galzain,
  • Lothaire de Galzain du Moulin de Brisé à Monthiers,
  • Stéphane Colin de Villers Cotterêts,
  • Vincent Oulaï de Villers Cotterêts,
  • Florence Paul de Coeuvre,
  • William Goulain de Pierrefonds,
  • Viviane Grandmougin de Compiègne et d’Ivors,
  • Julie Demange de Marolles

Soit 15 personnes. Tarik Tchektchak, Michel Revelut, Muriel et Christian Doctrinal, Anneke et François Dirson et Dominique Lebouc ont mis un mot pour s’excuser de leur absence.

Là encore c’est encourageant de constater que le collectif rencontre un écho qui conduit de nouveaux participants à le rejoindre.

Le premier point abordé est celui du « site ». Brieuc le présente rapidement et en explique le fonctionnement. Tous les présents le félicitent pour le travail accompli et la qualité du site.

        • Le nom de domaine a donc été acquis (les frais pour le moment ont été assurés par Brieuc et Patrick – il conviendra du reste de créer une mémoire de ces dépenses afin de voir comment on pourra les assumer, sachant qu’un collectif ne peut pas gérer d’argent, à la différence d’une association, c’est un point qu’il faudra aborder)
        • Des droits seront attribués aux membres du collectif (et éventuellement à des personnes ressources non présentes physiquement aux réunions quand cela sera utile pour le collectif) qui leur permettront d’écrire des articles et de les mettre en ligne,
        • La question des commentaires est évoquée et la majorité des participants repoussent la possibilité de laisser n’importe quel consultant du site de commenter les articles, l’expérience commune montre que très vite cela aboutit à des commentaires dépourvus d’intérêt, souvent injurieux et difficiles à gérer.
        • Une possibilité de créer des forums et un abonnement à une « news letter» est également évoquée et envisagée, il faut juste que nous nous donnions un peu de temps pour que le site se rôde.
        • Isabelle accepte de rejoindre Patrick et Brieuc pour contribuer à la gestion du site.

Le second point à l’ordre du jour, c’est d’essayer de commencer à mettre en place des groupes autour de projets concrets. Christine développe les réflexions qu’elles a menées autour de cette question et invite chacun à essayer de définir ces projets en tenant compte d’un certain nombre de paramètres comme :

        • savoir si c’est une action pour laquelle il existe déjà des forces ou des modes d’organisation, ou si au contraire c’est un projet tout à fait nouveau,
        • définir l’inscription du projet dans le temps : court, moyen ou long terme,
        • clarifier s’il s’agit d’action à dominante « individuelle » (par exemple développer un argumentaire sur les fournisseurs d’énergie peut conduire à une décision individuelle de changer de fournisseur, idem pour le choix d’un organisme bancaire…) ou à dominante collective (comme de fonder une structure de partage d’outils, ou une AMAP).

Un tour des participants conduit certains à se rassembler autour de sujets pour lesquels ils partagent un intérêt commun.

    • La question de la monnaie locale : Anne, Lothaire, Isabelle, William.
    • La création d’un pôle de partage d’outils : Tarik, Brieuc.
    • La création d’une sorte de « fablab » qui serait comme un atelier d’hôtes : Julie, Isabelle.
    • La question de pratiques issues de la permaculture : Viviane (qui dispose d’un lieu en forêt à Ivors qu’elle souhaite rendre disponible pour de telles actions), Noëlle, William.
    • La question de la gestion de l’eau : Renée.
    • Le soutient de projets pour lesquels des individus pourraient bénéficier de l’appui (y compris de financement) du collectif et de ceux qu’il pourrait toucher.
    • La volonté d’essayer de limiter le nombre des projets et de permettre un investissement concret ne doit pas laisser penser que le collectif limite ou rejette d’autres initiatives. Les discussions ont montré une grande convergence d’intérêt des participants autour des thèmes de l’approvisionnement en produits plus locaux, plus sains, de l’économie d’énergie, de la nécessité de (re)nouer du lien social, de l’importance du partage d’informations (sur l’éducation, la santé, etc.)

Beaucoup d’autres projets très ponctuels ou à beaucoup plus long terme  ont aussi été évoqués : confection de produits d’entretien écologiques et économiques (Florence), apprentissage de la réalisation de compost (Noëlle), organisation d’opérations de glanage (Patrick, Lothaire), création d’un verger de village (Patrick). Comme pour le reste, c’est l’initiative de chacun et la dynamique du collectif qui permettront à quelques uns de ces projets d’émerger et de prendre forme.

Une date a été envisagée pour la prochaine réunion au 25 mars, elle devra être confirmée car elle se trouve à la veille du grand week-end de Pâques.

 

 

 

Appel à la réunion du 12 février

(La réunion a eu lieu le 12 février, à 19h30.) Voir le compte-rendu

Nous avons fait le tour des regards, des attentes et des volontés de chacun des participants lors de la première réunion du 15 janvier.

Cela nous a confirmés dans la nécessité de continuer.

La situation nous appelle à rejoindre ceux que l’on a vus dans le film « Demain » qui – tels les colibris de Rabhi –
pensent contribuer à éteindre l’incendie immense de la forêt en lâchant la petite goutte d’eau que leur bec peut emporter.

Mais quelle goutte d’eau? Cette question est celle de l’action et de l’ordre du jour de la réunion du 12 février. Continuer la lecture de « Appel à la réunion du 12 février »

Compte-rendu de la réunion du 15 janvier 2016

Réunion de lancement du collectif

  • Tarik Checkchak de Marolles
  • Brieuc Segalen de Soucy
  • Chantal de Colombel et Bruno Duboeuf de Chézy
  • Michel Revelut de la Ferté Milon
  • Louis et Danièle Raquin de Priez
  • Dominique Lebouc de Puiseux en Retz
  • Renée Koch et Patrick Besenval de Préciamont
  • Tonia Sermonne de Brumetz
  • François et Anneke Dirson de la Ferté Milon
  • Isabelle Lévy de La Ferté sous Jouarre
  • Muriel et Christian Doctrinal de Préciamont
  • Christine Lecq de Montfaucon
  • Noëlle Septier-Saugout de Silly la Poterie
  • François Plotton du Lieu Restauré
  • Soit 19 personnes. Vincent Oulaï a mis un mot pour s’excuser de son absence étant un peu malade. Pour un début, c’est encourageant

bilboquet

Continuer la lecture de « Compte-rendu de la réunion du 15 janvier 2016 »