Répondre à : Monnaies locales

Accueil Forums Forum 2035 Monnaies locales Répondre à : Monnaies locales

#650
Anne de Galzain
Participant

Suite à la réunion MLC du 16/04/16 où Halima (service civique) est venue nous présenter « la pêche » MLC de Montreuil. Voici mes quelques réflexions en vrac :

Ce qu’il en ressort c’est que nous ne voulons pas suivre l’exemple de la pêche (qui n’a pas la pêche…), que, contrairement à ce qu’a fait « la pêche », il est nécessaire d’étudier le terrain, le bassin de vie sur lequel on veut créer la MLC avant de se lancer.

La ville de Montreuil est divisée en 2 secteurs nord et sud. Le nord où se trouvent les cités ne connaissent pas l’existence de la pêche, et au sud c’est une poignée de bobos qui l’utilise comme on joue une partie de monopoly entre copains.
Ce constat pourrait amener à une réflexion sur l’orientation à prendre pour étendre l’usage de la MLC aux quartiers nord de la ville. Et ben non… rien de tout cela.
En fait il apparaît, à la lecture des statuts, du règlement intérieur, des conventions qu’elle passe avec les entreprises… que « la pêche » n’a aucune exigence, aucun but, aucun projet de société, elle n’est finalement qu’un outil de relocalisation d’une monnaie entre quelques commerçant s et consommateurs.

Parmi les questions que nous aurons à nous poser : Quelles sont les ressources du territoire, les points faibles, les besoins, le potentiel, quelle identité, existe-t-il des vecteurs fédérateurs ? Il s’agit de faire une sorte de diagnostique utile pour aussi penser les orientations que l’on voudra donner à la MLC. Aussi faire (comme disait Bénédicte) une estimation chiffrée du gain économique par la relocalisation dans un circuit donné.

Concernant les entreprises de biens et services, existe-t-il des filières déjà en place? de circuits courts ? Possibilité pour les entreprises de dépenser leurs MLC auprès de fournisseurs locaux ? Possibilité pour les entreprises de payer une partie des salaires en MLC… Comment faire circuler la MLC dans les secteurs publics: salaires, cantines, piscine, versement des aides sociales… Côté usagers, quel potentiel de participants…

Si on prend l’exemple du Sol Violette Le Sol-Violette s’utilise dans un réseau d’entreprises et de commerces locaux qui ont signé un dossier d’agrément axé autour de cinq grandes thématiques ( lien au territoire, attention portée aux conditions de travail, éthique dans les pratiques économiques, impact environnemental de l’activité et engagement vers une démarche économique solidaire). A voir : comment concrètement le dossier d’agrément contraint les entreprises. A voir : les « résultats » obtenus sur 2 ans.

Dans sa charte, l’eusko s’engage pour…. Et contre… en particulier – contre l’agriculture industrielle ou hors sol, – contre les entreprises appartenant à des réseaux de grande distribution, en raison du modèle économique destructeur d’emplois, de lien social et de ressources qu’elles développent, contre les entreprises générant de fortes nuisances environnementales sans volonté d’y remédier malgré les possibilités d’amélioration
et dans l’agrément, les entreprises ont le choix entre 2 options : développer l’usage de la langue basque ou mettre en place un programme pour un meilleur traitement des déchets.

Il n’y a rien d’étonnant à ce que la pêche ne fonctionne pas. Elle a aucune exigence, aucune existence. Ce qui cloche c’est que malgré ça elle est quand même signataire du manifeste du réseau des MLC

De la même manière il est important que nous ayons une discussion pour définir nos objectifs, il nous faudra aussi étudier la forme d’organisation (sociocratique ?) que nous voulons donner à la structure pour que chacun puisse prendre part à la création de la MLC et à la « gouvernance »…

Bonne nuit !

Anne